ACORD-Bat3D : Panneaux Ossatures Bois  

ACORD-Bat3D

Panneaux Ossature Bois


 
Les constructions ossature bois connaissent ces dernières années un essor sans précédent. Dans ces constructions, les efforts verticaux sont supportés par un ensemble de montants, traverses et poutres pouvant être modélisés de manière « traditionnelle ». Les efforts horizontaux dus par exemple aux charges de vent et aux charges sismiques sont par contre repris essentiellement par des « panneaux » assurant le contreventement. Il est donc particulièrement important de modéliser correctement ces éléments. C’est l’objet de l’option « Panneaux ».

Définition géométrique

ACORD-Bat3D vous offre un ensemble de fonctionnalités vous permettant de définir les surfaces constituant « l’enveloppe » du bâtiment considéré.
 
Grâce à ces outils, il est ainsi très facile de définir en particulier les murs de la construction et les ouvertures, portes et fenêtres, associées.
 
Sur la base de cette géométrie et grâce à la donnée de la seule largeur des panneaux mis en place, les montants, traverses et panneaux seront générés de façon totalement automatique. Seuls les panneaux satisfaisant aux conditions géométriques imposées par les Eurocodes 5 seront pris en compte dans les calculs de raideur et de résistance.
  Définition géométrique

Vérification suivant les Eurocodes 5

La raideur des panneaux est définie en utilisant les indications données dans les Eurocodes 5 et les recommandations du document AQCEN-GT2 (Structures à ossatures bois rédigé sous la responsabilité de Mr Bocquet J.F.).
  Vérification suivant les Eurocodes 5 AQCEN-GT2
Les vérifications de résistance sont réalisées conformément à la méthode A de l’Eurocode 5.
 
Vérifications de résistance conformément à la méthode A des EC5

Diaphragmes
L’option « panneaux » permet également la modélisation de « diaphragmes » (planchers, toitures, …). Ces diaphragmes ont soit une raideur calculée de manière analogue aux panneaux d’ossature (fonction de la nature des panneaux et des caractéristiques des fixations), soit une raideur numériquement infinie pour représenter les « diaphragmes rigides ».